Mozart

&

Gasparini

Œuvres de

Une première mondiale!

Mozart - 

Programme

Gasparini     Overtura
                     
                     Aria de l'ismene, In faccia all'oggetto
Mozart          Aria de Sifare, Lungi da te, mio bene
     
Gasparini      Marchia

 
                     Récitatif et aria d'Aspasia, Pallid'ombre
                     Aria de Sifare, Tuoni adirato il vento
Mozart          Symphonie Haffner KV 385

Concepte

Ce programme présente la première mondiale d'un air de Wolfgang Amadeus Mozart, qui sera entouré d'autres pièces de la Mitridate de son contemporain italien Quirino Gasparini, également en première mondiale. La symphonie "Haffner" conclut la soirée.

L'Aria "Lungi da te, mio bene" de Mozart est une version alternative de l'aria n° 13 de "Mitridate re di Ponto" K. 87. Nous le devons à l'autographe de Mozart, qui est conservé à la Bibliothèque gauloise de Paris. Dans le manuscrit, cependant, la musique s'arrête au milieu et est incomplète. La NMA, l'édition critique des œuvres de Mozart, ne donne aucune indication sur la manière d'intégrer la partie manquante, de sorte que l'aria est restée mutilée jusqu'à ce jour.

 

À l'occasion de la première du Mitridate de Mozart, qui a eu lieu le 26 décembre 1770 au Teatro Ducale de Milan, l'aria avait été écartée et est donc restée silencieuse pendant 250 ans. Il s'agit cependant d'un document très précieux, car il est l'un des rares autographes survivants de la Mitridate de Mozart, et il explique le travail préparatoire de la Mitridate, alors que l'opéra dans la version actuellement jouée est basé sur des copies non-autographes, qui n'ont donc pas le même poids.

 

Luca Bianchini et Anna Trombetta deux musicologues italiens qui se consacrent passionnément à l'étude des textes de Mozart depuis plusieurs décennies, ont réussi à reconstituer cet air de Mozart à partir d'informations provenant d'un manuscrit antérieur. La nouvelle clé de lecture permet de compléter l'aria en utilisant uniquement le matériel de Mozart. Les deux musicologues, paléographes et philologues dans le vrai sens du terme, ont un grand respect pour le manuscrit de Mozart et n'inventent rien ni n'ajoutent de parties librement inventées. Ils ont tout extrait de l'autographe incomplet, en utilisant les suggestions du manuscrit précédent. En fait, ils ont identifié les marque-places qui leur ont permis de localiser les parties de la pièce qui devaient être répliquées et ainsi de reconstruire sa forme fermée.

 

Rétrospectivement, la solution choisie par les deux musicologues semble simple et sans ambiguïté. Mais personne n'avait encore résolu cette énigme, alors que Mozart est l'un des compositeurs les plus étudiés au monde. Ces découvertes viennent, comme souvent, de manière inattendue, et c'est ce qui s'est passé ici. Bianchini et Trombetta travaillaient sur des manuscrits du XVIIIe siècle, contemporains des Mithridates de Mozart, lorsqu'ils ont découvert une version antérieure du même air avec des textes identiques. La comparaison des deux versions similaires de "Lungi da te, mio bene" leur a permis de reconstituer les parties manquantes de l'aria de Mozart.

 

Personnellement, je trouve cette solution très convaincante, et c'est une occasion extraordinaire de mettre enfin cette pièce de Mozart à la disposition du public dans sa version complète 250 ans après le voyage en Italie. Une première absolue !

 

Pour ce programme de concert, j'ai décidé d'ajouter à l'aria "Lungi da te, mio bene" quelques morceaux du Mitridate de Quirino Gasparini, dont la création au Teatro Regio de Turin a anticipé de trois ans celle du Mitridate de Mozart à Milan. La musique de Gasparini est étonnante par son élégance et sa qualité, et elle apparaît ici aussi en première moderne. Gasparini (1721-1778), originaire de Bergame, était un élève de Padre Martini et est mort à Turin, où il était maître de chapelle du Dôme.


La clé de lecture utilisée pour compléter l'aria de Mozart présentée dans ce programme, les deux Mithridates, la relation entre Gasparini et les Mozarts, et bien d'autres choses encore font l'objet d'un essai très intéressant de Bianchini et Trombetta sur les Mozarts en Italie, dont la publication en italien est prévue pour le printemps 2021.


    Leonardo Muzii

    Engagements: info@cameratarousseau.org

Links:

Lisa Larsson

Leonardo Muzii

Camerata Rousseau

Camerata Rousseau
Leonardo Muzii,  directeur artistique
Greifengasse 38
CH-4058 Bâle, Suisse
© Camerata Rousseau 2019
Orchestra members area